Charte

Nous, auteurs, scénaristes, réalisateurs, compositeurs, marocains, avons décidé de nous réunir au sein d’un groupement qui aura pour objectif de faire valoir nos droits, défendre la liberté d’expression et de cresson cinématographique dans des conditions saines et viables en participant a l’élaboration d’un cadre juridique pour tous les aspects qui touchent a notre profession

 

Nous partons du principe que le Maroc a tous les atouts nécessaires pour devenir une grande nation de cinéma. Des techniciens, reconnus pour leur compétence malgré leur nombre insuffisant. Des comédiens de grande valeur. Des décors naturels et une lumière unique qui attirent des productions – et donc des capitaux – venues du monde entier. Des cinéastes qui commencent à accéder à une forme de reconnaissance internationale. Un fond d’aide à la cinématographie nationale, rare en Afrique. Un organisme de tutelle, le Centre Cinématographique Marocain actif et volontaire. Des industries de production publicitaire et télévisuelle qui se développent à grande vitesse et qui peuvent de par la convergence des métiers servir de levier. Enfin, un peuple qui aime son cinéma national et l’encourage.

Malheureusement, depuis des décennies que le cinéma est présent au Maroc, jamais le pays n’a su profiter de ces atouts pour construire une industrie cinématographique forte, sur des bases solides.

A cela, plusieurs raisons.

  • • Des querelles internes trop nombreuses.
  • • Des luttes de pouvoir.
  • • Des intérêts personnels défendus au détriment des intérêts collectifs.
  • • Un cadre législatif inadéquat.
  • • Un marché national totalement déstructuré.
  • • Une insuffisance de volonté politique à organiser le secteur.
  • • Un manque d’implication et d’organisation des professionnels
  • • Une carence d’association ou de regroupement représentatifs de la différente corporation qui font le cinéma marocain d’aujourd’hui.

 

Ce constat est regrettable, et nous le déplorons. Mais nos ambitions sont tournées vers l’avenir. Nulle envie pour nous de nous lamenter sur notre sort ou de commettre les erreurs du passé. Nous voulons au contraire lutter contre la léthargie et le manque d’initiative qui ont caractérisé notre profession jusqu’à présent. Nous souhaitons travailler main dans la main avec ceux qui le désirent et qui ont le même objectif que nous : construire un cinéma marocain fort.

Notre union se battra sur tous les terrains où il y a des combats à mener.

Notre union entend peser de tout son poids dans les décisions prises au niveau politique et gouvernemental, qui touchent notre profession.